60 000 Guinéens touchés par une insécurité alimentaire aigüe

Traduire la page - Translate this page

60 000 Guinéens touchés par une insécurité alimentaire aigüe

Selon une étude, plus d’un million de Guinéens ne mangent pas à leur faim. La situation devient critique dans les régions touchées par l’épidémie Ebola.

Ils sont nombreux ces Guinéens qui souffrent de l’insécurité alimentaire, à en croire les estimations de l’étude menée conjointement du 3 au 23 mai dernier par le Programme Alimentaire Mondial, la FAO et les ministères guinéens de l’Agriculture, de l’Élevage, de l’Environnement et du Plan. Un million neuf cent mille (1 900 000) personnes sont touchées par le phénomène.

Cinquante neuf mille cent soixante treize (59 173) des 1 900 000 personnes sont en insécurité alimentaire sévère, indique cette étude.

Selon Dr. Malick N’Diaye, analyste en sécurité alimentaire au bureau régional du PAM, « c’est surtout dans les régions de Labé et de N’zérékoré qu’on rencontre les ménages en insécurité alimentaire. »

Pourquoi ces deux régions ?

Parce qu’en Guinée, selon l’analyste, l’insécurité alimentaire est fondamentalement un problème de revenus. Or, les revenus des ménages de ces deux régions subissent les méfaits de l’épidémie de la fièvre Ebola. La fermeture des frontières terrestres du Sénégal avec la Guinée a joué sur l’évacuation des produits agricoles de Labé. Alors qu’à N’zérékoré, l’épidémie a surgi pendant la période de production agricole et 70 % des ménages guinéens vivent de la terre.

Cette enquête a été réalisée pour répondre aux objectifs mentionnés dans le manuel d’Evaluation de la sécurité alimentaire (EFSA) du PAM et de la FAO. Il s’agit d’estimer le nombre de personnes en insécurité alimentaire dans les zones couvertes, d’identifier les causes du phénomène ; de déterminer les risques d’insécurité alimentaire et d’analyser les stratégies de survie adoptées par les ménages.

Satisfaite des résultats, Elisabeth Faure, représentante pays du PAM, a indiqué qu’ « ils seront considérés dans les projets d’aide humanitaire de son institution. »

gn insecurite alimentaire 2 bceeeDes étals d’un marché

Les résultats de l’enquête devraient également être pris en compte dans les discussions lors de la prochaine session du cadre harmonisé de la sécurité alimentaire. Mais aussi, ils devraient servir au plan de relance agricole élaboré par le ministère de l’Agriculture. Déplorant une baisse de 10 % de la production agricole, en raison notamment de l’épidémie d’Ebola, Dr N’Famara Conté, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, a plaidé pour plus de soutien au secteur agricole, malgré les investissements dans le secteur ces dernières années.

Entre 2011 et 2014, le gouvernement guinéen a déboursé des fonds estimés à près de 800 milliards de francs guinéens, (80 millions d’euros) pour financer la campagne agricole, en dotant les paysans d’intrants agricoles afin d’améliorer leurs productions.

Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture sollicite surtout la relance de l’acquisition et de la redistribution des intrants agricoles, la construction d’infrastructures de stockage et de transformation, le désenclavement des zones de production, l’appui aux producteurs maraichers et à l’évaluation statistique.

Régression

Pour y arriver, M. Conté sollicite l’élargissement de la couverture des filets sociaux dans les zones d’insécurité alimentaire et de mettre à jour la politique nationale de sécurité alimentaire et de stratégies de lutte contre ledit fléau.

Toutefois, d’autres facteurs stratégiques comme le renforcement des structures de santé, une meilleure utilisation des ressources naturelles, l’intégration des marchés et la stabilisation des prix des denrées alimentaires entrent en jeux dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire dans le pays.

Les données sur l’insécurité alimentaire chronique en Guinée interpellent tous les citoyens. Et cela, malgré une amélioration du phénomène comparativement aux résultats des précédentes études. En tout cas d’après cette enquête, le taux d’insécurité alimentaire sévère qui était jusque-là de 54 % se serait amélioré durant les trois dernières années, pour se stabiliser autour 30%, avec une nette régression par rapport à l’année 2009.

a lire aussi sur http://afriqueactualite.com/societe/societe/3896-60-000-guineens-touches-par-une-insecurite-alimentaire-aigue#.VYb6cPn1ako

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*