Appels au calme après les élections au Zimbabwe

Traduire la page - Translate this page

Appels au calme après les élections au Zimbabwe

L’action du gouvernement pour faire face aux protestations de l’opposition au Zimbabwe a suscité des appels au calme au plan international.

Le gouvernement Zimbabwéen a déployé l’armée et la police dans les rues de Harare après les élections.

Au moins trois morts et plusieurs blessés ont été signalés lors des heurts entre forces de l’ordre et manifestants.

L’ONU et le Royaume-Uni ont tous deux exprimé leur préoccupation au sujet de ces violences qui faisaient suite à la publication des premières tendances après le vote de lundi.

Les résultats pour les élections législatives ont donné une large victoire au parti au pouvoir, la Zanu-PF lors des premières élections post-Mugabe.

Mais l’opposition estime que la Zanu-PF a truqué les élections. Le résultat du vote pour la présidentiel n’est pas encore connu.

L’alliance de l’opposition MDC insiste sur le fait que son candidat, Nelson Chamisa, a battu le président sortant Emmerson Mnangagwa.

Le Zanu-PF tient les rênes du pouvoir au Zimbabwe depuis que le pays a accédé à son indépendance il y a 38 ans. Le parti nie tout tripatouillage des élections et appelle au calme dans l’attente des résultats de l’élection présidentielle.

Le président Mnangagwa a déclaré que le gouvernement était en pourparlers avec M. Chamisa pour mettre fin aux violences et « nous devons maintenir ce dialogue afin de protéger la paix qui nous est chère ».

Dans une série de tweets, il a réclamé une enquête indépendante pour s’assurer que ceux qui étaient derrière les violences de mercredi seront traduits en justice.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté les hommes politiques du Zimbabwe à faire preuve de retenue, tandis que la ministre britannique des Affaires étrangères, Harriett Baldwin, s’est dite « profondément préoccupée » par toute cette agitation.

L’ambassade américaine à Harare a exhorté l’armée à « faire preuve de retenue » sur Twitter, affirmant que le pays a une « opportunité historique » pour un avenir meilleur.

Le secrétaire général par intérim d’Amnesty International, Colm O Cuanachain, a déclaré dans un communiqué de presse que la « militarisation » des élections avait « muselé la liberté d’expression, d’association et de réunion ».

« Les gens doivent avoir le droit de protester », a-t-il déclaré.

Aucune violence n’a été signalée jeudi. Un camion rempli de policiers armés et de soldats circulait dans la ville en criant: « comportez-vous bien, peuple du Zimbabwe ».

Que s’est-il passé après le vote ?

La commission électorale du pays a déclaré que la Zanu-PF avait remporté une majorité des deux tiers au parlement, ce qui a déclenché des manifestations dans la capitale, Harare.

Le ministre de l’Intérieur Obert Mpofu a averti que le gouvernement ne tolérerait pas les manifestations ou tous autres débordements.

ZimbabweCopyright de l’imageREUTERS
Image captionLe gouvernement a blâmé l’opposition pour les violences

L’opposition « met à l’épreuve notre détermination », a-t-il dit, « et je pense qu’ils font une grosse erreur ».

Un porte-parole de M. Chamisa a condamné le déploiement de soldats et les pertes en vies humaines lors des manifestations.

« Les soldats sont entraînés à tuer pendant la guerre, les civils sont-ils les ennemis de l’Etat? » a-t-il demandé.

« Il n’y a aucune explication à la brutalité que nous avons vue aujourd’hui. »

Que disent les résultats ?

La Commission électorale du Zimbabwe (Zec) a annoncé jusqu’ici les résultats de l’élection législative indiquant que sur les 210 sièges à la chambre basse de l’Assemblée nationale, la Zanu-PF a remporté 140 sièges et 58 pour l’alliance du MDC. Une information largement relayée par les médias d’état.

Sur les cinq millions de votants inscrits sur les listes, 70% ont pris effectivement part aux opérations de vote.

La ZEC avait annoncé que la commission électorale annoncerait les résultats présidentiels mercredi à 12h30 (10h30 GMT), mais seuls les résultats des législatives ont été communiqué.

La commission électorale du Zimbabwe (Zec) a indiqué que les résultats de la présidentiel ne sont jusque-là pas connu du fait que les représentants de certains des 23 candidats n’avaient pas réussi à se présenter pour la vérification des résultats.

ZimbabweCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLa commission électorale indique que 70% des électeurs inscrits ont pris part à l’élection

Un candidat à la présidence a besoin de plus de 50% des voix pour gagner. A défaut, le code électoral prévoit un second tour qui aura lieu le 8 septembre.

Que disent les observateurs électoraux ?

La mission de l’UE a critiqué le retard dans l’annonce des résultats présidentiels. Cependant, la Zec a jusqu’au samedi pour le faire.

La mission a déclaré avoir observé plusieurs problèmes, notamment le parti pris des médias, l’intimidation des électeurs et la méfiance à l’égard de la commission électorale, ajoutant qu’il y avait « un meilleur climat politique, mais des conditions inégales et un manque de confiance ».

C’est la première fois en 16 ans que le gouvernement autorise des observateurs électoraux européens et américains à entrer dans le pays.

 Au Zimbabwe, l’attentat de Bulawayo « ne perturbe personne »

La mission de l’Union africaine a déclaré que les élections « se sont déroulées dans un environnement très pacifique » et « étaient très compétitives ».

Les observateurs de l’UA ont ajouté qu’ils ne pouvaient pas confirmer les plaintes des partis d’opposition concernant les allégations d’achat de votes et d’intimidation par l’État.

Un rapport préliminaire des observateurs de la Communauté de développement des Etats de l’Afrique australe (Sadc) a souligné que les élections se sont déroulées dans un climat apaisé et conformément à la loi.

bbc

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*