Electricité de Guinée : Les cadres de l’EDG en conclave pour lutter contre la fraude
Exif_JPEG_420

Traduire la page - Translate this page

Electricité de Guinée : Les cadres de l’EDG en conclave pour lutter contre la fraude

La société d’Electricité de Guinée (EDG) a organisé un séminaire d’élaboration et d’adoption d’une politique de lutte contre la fraude en son sein pour redresser le secteur de l’électricité en République de Guinée. C’était ce jeudi 12 juillet 2018.

Ce projet a été entièrement financé par la banque mondiale à hauteur de soixante-quinze millions de dollars (75.000.000 $) dont cinquante millions (50.000.000) pour la première tranche et vingt-cinq millions (25.000.000) pour la deuxième tranche. Il sera exécuté par le cabinet international SEURECA.

A l’ouverture des travaux, l’Administrateur Général de l’EDG, Abdenbi Attou a fait comprendre que beaucoup de reformes sont en cours aujourd’hui pour redresser le secteur de l’électricité en Guinée. D’ailleurs le contrat de gestion entre le groupement VEOLA et l’Etat guinéen a été signé depuis 2015.

« Il est important de relever que parmi les différentes contraintes, au delà des réticences pour la mise en place de certaines actions, c’est la lutte contre les branchements clandestins, les sous abonnements et la consommation non enregistrées. Aujourd’hui les termes techniques et commerciaux de l’EDG sont globalement à l’ordre de 35% dont la réduction dans le temps, est un des leviers importants et structurels de redressement opérationnel prévu dans le plan de redressement interne de l’EDG, approuvées par les autorités compétentes », souligne l’AG de l’EDG, Abdenbi Attou.

Selon Monsieur Abdenbi Attou, la lutte contre la fraude est donc une condition sinequanone pour le redressement commercial de l’EDG. Après une enquête faite par l’EDG dans la zone de Lambayi dans la commune de Ratoma à Conakry pour estimer le nombre d’abonnés à l’EDG. Il a été avéré que sur 50.000 consommateurs, à peu près 1/3 étaient abonnés et payaient correctement leurs factures.

50% étaient des sous-abonnés. C’est-à-dire, des abonnés alimentés par des abonnés qui ont un contrat d’abonnement. 17% étaient des clandestins qui sont branchés illégalement sur le réseau.

Aujourd’hui dit-il, des équipes de l’EDG rencontrent des difficultés dans le projet de pose conteurs avec les consommateurs, qui refusent d’accepter la régularisation commerciale du point de la livraison.  La lutte contre la fraude permettra d’enrichir, de compléter le nouveau cadre réglementaire de la loi en cours.

Avant de procéder à l’ouverture officielle de ce séminaire, le Secrétaire Général du Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique ( MEH), représentant du ministre, Sékou Sanfina Diakité, a fait savoir que d’élaboration et d’adoption d’une politique de lutte contre la fraude à l’EDG, va en étroite collaboration avec le programme de société en 2010, du président de la République de Guinée, Alpha Condé, pour l’amélioration aux populations guinéennes à avoir accès à l’électricité.

Jacob Kpézé Guilavogui

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*