Gabon : ce qu’il faut retenir d’une journée de violence, au lendemain de résultats contestés

Traduire la page - Translate this page

Gabon : ce qu’il faut retenir d’une journée de violence, au lendemain de résultats contestés

Vingt-quatre heures après les violents heurts entre forces de l’ordre et manifestants opposés à la réélection d’Ali Bongo Ondimba, la tension n’est pas retombée le jeudi 1er septembre. Interpellations, déclaration d’ABO, réactions : voici ce qu’il faut retenir de la journée.

Scènes de saccage à Libreville

Au lendemain de la réélection contestée d’Ali Bongo Ondimba à la tête de l’État gabonais, Libreville porte les stigmates d’une nuit chahutée.

Si quelques émeutes ont été signalées à Port-Gentil ou encore à Mouila, l’embrasement a surtout touché la capitale Libreville. En témoigne la façade de l’Assemblée nationale, partiellement incendiée dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon les journalistes de l’AFP, les forces de l’ordre tiraient encore des grenades de gaz lacrymogène jeudi matin pour disperser les manifestants.

MARCO LONGARI/AFP

Même scène de désolation sur plusieurs grandes artères de la capitale, notamment sur le boulevard Triomphal, l’un des grands axes de la capitale, où les barricades étaient encore fumantes jeudi soir.

jeuneafrique

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*