Génocide rwandais: Mediapart publie une vidéo qui accable l’armée française

Traduire la page - Translate this page

Génocide rwandais: Mediapart publie une vidéo qui accable l’armée française

Le site d’investigation Mediapart a rendu publique jeudi 25 octobre une vidéo filmée par des militaires français durant les massacres de Bisesero et issue des archives audiovisuelles du ministère de la Défense. Il dénonce la « passivité » de l’armée française alors que plus d’un millier de Tutsis ont été méthodiquement assassinés par les milices hutues lors de cet épisode très sombre du génocide rwandais entre le 27 et le 30 juin 1994.

La scène filmée montre le patron des opérations spéciales françaises au Rwanda, le colonel Jacques Rosier, recevoir de l’un de ses subordonnés des informations sur les violences en cours dans les collines de Bisesero. « Hier, on était dans je ne sais pas quel patelin. Il y a eu des battues toute la journée dans les collines, des maisons qui flambaient de partout », rapporte-t-il. « Hum… Hum… », réagit à peine le colonel Rosier.

L’informateur va encore plus loin. Il affirme que les militaires français ont probablement eu pour guide un génocidaire hutu. « Quand on est tombés sur une bande de Tutsis qui fuyaient dans les collines et qu’ils l’ont reconnu, poursuit le sergent-chef, j’ai cru qu’ils allaient le lapider ».

En face de lui, le patron des opérations spéciales françaises se contente d’un « ouais ». Une attitude révélatrice, selon Mediapart, de la « passivité » de l’armée française lors des massacres de Bisesero. D’après le site d’investigation, la scène a été filmée le 28 juin 1994. De son côté, la hiérarchie militaire a toujours affirmé n’avoir eu connaissance de la situation à Bisesero que le 30 juin 1994.

rfi

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*