Grève des enseignants : les syndicalistes détenus demandent à leurs camarades de poursuivre le mot d’ordre de grève (Lettre).

Traduire la page - Translate this page

Grève des enseignants : les syndicalistes détenus demandent à leurs camarades de poursuivre le mot d’ordre de grève (Lettre).

Depuis leurs cellules de détention, les syndicalistes arrêtés depuis la soirée du samedi 18 novembre 2017 demandent aux enseignants et chercheurs de Guinée de poursuivre la grève déclenchée depuis le 13 novembre dernier.

Il s’agit de Fodé Abass Camara, Aboubacar Kaba, Ibrahima Sory Touré et Amara Mansa Doumbouya, tous membres tous détenus par les autorités de Conakry. Dans une lettre dont copie a été transmise à votre quotidien, les détenus ont expliqués leurs conditions de détention et encourage leurs camarades du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée à poursuivre le mot d’ordre de grève.

Nous vous proposons ici l’intégralité de la lettre, lisez…..

Dimanche 19 novembre 2017

Enseignants/Enseignantes de Guinée

Nous ne sommes plus à un moment où il faut traiter les uns ou les autres de traitres. Nous sommes maintenant proches de la victoire parce que le gouvernement est coincé jusqu’au mur. Hier nous avons reçu un appel de Maître Seydouba Kissing Camara du Conseil Economique et Social (CES). Nous nous sommes rendus chez le Général Aboubacar Soumah : d’une part, lui faire un compte rendu fidèle de l’assemblée que nous avons tenue le samedi. D’autre part, lui signifier qu’on devait se rendre au CES pour écouter Me Kissing Camara. Ce monsieur devrait nous faire le compte rendu de son entretien avec le Premier ministre Mamady Youla.

Nous avons attendu à cet endroit de 17 heures à 20 heures. Nous l’avons appelé plus de 20 fois. Le dernier appel a coïncidé à sa présence devant nous avec un groupe de gendarmes. Donc notre arrestation a été bien planifiée. Chers camarades syndicalistes et enseignants, l’heure n’est pas à ce niveau. Continuons à observer le mot d’ordre de grève.

Les traites ne peuvent pas être en prison ! Les traites ne peuvent pas rester sans communiquer avec leurs camarades ! Cherchez à nous interroger sur les circonstances de notre arrestation. Nous vaincrons dans ce combat car nous sommes en train de réclamer une cause noble, justifiée et fondée. Votre mot d’ordre de grève conduira à notre libération. Ne baissez jamais les bras, nous sommes ensemble.

Depuis hier 20 heures, nous n’avons rien mangé, nous avons observé une grève de la faim pour donner un impact à notre mouvement Et puis, retenez que partir vers les autorités pour trouver des solutions de sortie de crise est loin de traitrise. C’est dans le dialogue que nous pouvons trouver une solution profitable à tous. La seule référence pour la levée ou la suspension de la grève reste et demeure le camarade Aboubacar Soumah. Demandez à la fille d’Aboubacar Soumah si nous ne sommes pas partis chez eux. Demandez à Porthos s’il n’a pas reçu notre appel hier, demandant Soumah Aboubacar. Pensez à mon intervention d’hier sur la radio Nostalgie. Ensemble, nous vaincrons. Salut camarades.

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*