Grève des enseignants : l’intersyndicale accentue la pression

Traduire la page - Translate this page

Grève des enseignants : l’intersyndicale accentue la pression

Une rencontre d’échange entre les responsables syndicaux qui ont déclenché la grève dans le secteur de l’éducation et leur base s’est tenue ce jeudi 16 février 2017 à la bourse du travail. Il était question pour les syndicalistes de faire le compte rendu de leurs entretient avec le chef de l’Etat.

Au cours de cette rencontre tenue à la bourse de travaille, les enseignants ont demandé la poursuite de la grève jusqu’à la satisfaction de leur revendication notamment l’augmentation du point d’indice qui constitue le point d’achoppement entre eux et le locataire du Sékoutouréyah.

Dans leurs explications, les délégués syndicaux ont fait savoir que lors des échanges certains points de leur revendication ont été satisfaits par le Président de la République. Mais selon eux, Alpha Condé, a exprimé un refus catégorique sur le maintient à 1030 franc la valeur monétaire du point d’indice. Une chose que les syndicalistes n’ont pas du tout appréciée.

« Sur la valeur monétaire du point d’indice, les 1030, le président a été catégorique pas question d’une augmentation de salaire. Ce qui veut dire donc que toute négociation qui amènerait une augmentation des salaires, il n’est pas pour », explique Aboubacar Soumah, le secrétaire général adjoint du Bureau exécutif du SLEG.

Pour sa part, le président de la commission nationale de négociation et porte-parole de l’intersyndicale, Abdoulaye Camara, est revenu sur le point d’achoppement entre le chef de l’Etat et les délégués syndicaux.

« Compte tenu des avancés significative obtenu, le président a demandé qu’on suspend la grève par une déclaration sur place. On a répondue qu’il revient à la base de suspendre la grève, nous on a été mandaté par vous. C’est pourquoi nous avons décidé de vous rencontrer », déclare Abdoulaye Camara.

a l’en croire, le président Alpha Condé, aurait demandé de faire venir un expert et la constitution d’une commission composés des techniciens, le patronat et les centrales syndicales.

« Comme vous savez notre point nodal de revendication, c’est le maintien de la valeur monétaire à 1030 franc. L’intersyndicale de l’éducation tient à ce point. Pour le moment, l’inter syndical n’a  pas encore réagi à cette proposition. Ce qu’on peut vous dire aujourd’hui ce qu’on ne lèvera pas la grève tant qu’on n’est pas satisfait. Donc la grève continue pour le moment », lance le porte parole de l’intersyndical de l’éducation.

Soufiane Baldé

 

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*