Guinée : 58 personnes jugées après s’être opposées à une mission Ebola

Traduire la page - Translate this page

Guinée : 58 personnes jugées après s’être opposées à une mission Ebola

Les 58 personnes qui s’étaient opposées à une mission de lutte contre Ebola dans le sud de la Guinée sont jugées depuis cette semaine pour ‘’coups et blessures’’.

Coups et blessures volontaires, destruction d’édifices publics, injures publiques, menaces et rébellion, sont, entre autres, les chefs d’accusations qui pèsent sur les différentes personnes. Les 58 personnes ont été déférées au tribunal de la préfecture de Forécariah, à environ 100 km au Sud de la capitale guinéenne pour y être jugées.
L’origine du problème
La résistance à la maladie Ebola persiste encore dans certaines zones du pays. Entre le 6 et le 8 janvier dernier, les forces de l’ordre ont fait une intervention musclée dans le district de Youlayé dans la sous préfecture de Kaback. Bilan, deux (2) morts dont une femme enceinte et plusieurs personnes arrêtées, transférées au commissariat urbain de Forécariah. Ces habitants sont accusés d’être opposés à coups de cailloux, de bâtons et de machettes à une équipe conduite par des responsables guinéens et de Médecins sans frontières (MSF), en campagne de sensibilisation sur le virus Ebola dans plusieurs villages de l’île de Kaback, au large de Forécariah, faisant plusieurs blessés.

Selon nos sources, les membres de l’équipe étaient venus pulvériser les puits et marigots de cette localité où les villageois puisent de l’eau potable sous la conduite d’un natif du nom de N’bady Fikhé. Ils avaient aussi brûlé leur véhicule en les confondant aux agents médicaux en lutte contre Ebola, très méprisés par bon nombre de citoyens du pays. « C’était dans les environs de 5h du matin que les habitants de Kaback ont reçu la visite musclée des forces de l’ordre. Aussitôt arrivés, les agents ont procédé aux jets de gaz lacrymogène, aux tirs de rafale et aux arrestations ciblées qui ont entraîné la mort de deux personnes », explique un jeune de la localité sous anonymat.

Récemment, le chef de l’Etat guinéen, le professeur Alpha Condé ainsi que le Premier ministre chef du gouvernement Mohamed Saïd Fofana et son Ministre de la sécurité et de la protection civile Mahmoud Cissé avaient tous instruit la gendarmerie et la police d’interpeller tous ceux qui anéantissent les efforts de lutte contre Ebola en Guinée. Le Premier ministre avait même menacé de traduire devant les tribunaux tous ceux qui cherchaient à mettre en ruine les efforts du gouvernement pour éradiquer l’épidémie.

Les prévenus, dont le jugement est attendu la semaine prochaine, risquent au moins six mois de prison, selon une source judiciaire à Forécariah.

Vives tensions

En Guinée où l’épidémie a fait plus de 1.900 morts à la date du 6 février 2015, selon le coordination nationale de riposte à Ebola, les réactions à la lutte anti-Ebola sont les plus fréquentes et les plus violentes, en particulier dans le sud du pays. C’est là où règnent de vives tensions entre communautés et pouvoir central y compris les humanitaires.

Le 10 janvier, un policier et son chauffeur ont été tués et leurs corps brûlés à Dar es-Salaam, dans la région de Forécariah, proche de la Sierra Leone, par des habitants qui les accusaient de propager le virus, après le décès soudain d’un villageois auquel ils avaient donné des calmants. En septembre 2014, huit membres d’une équipe de campagne de sensibilisation avaient été tués par des habitants qui niaient la réalité du virus et criaient à un  »complot des occidentaux » dans la localité de Womey, préfecture de N’Zérékoré, à plus de 1.000 km de Conakry, au Sud-Est du pays.

lire le reste sur http://afriqueactualite.com/societe/2927-guinee-58-personnes-jugees-apres-s-etre-opposees-a-une-mission-ebola#.VNkb1ebz2So

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*