«J’ai parlé de mort politique, pas physique», précise Soriba Sorel Camara

Traduire la page - Translate this page

«J’ai parlé de mort politique, pas physique», précise Soriba Sorel Camara

Le gouverneur de la ville de Conakry, Soriba Sorel Camara était dans le quartier Hafia, en haute banlieue de Conakry samedi dernier pour parler de la situation politique du pays. Certains sites web de la place dit-on, ont interprété une partie de son discours du jour comme une révélation sur un probable assassinat du chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo.

sorel soriba

Le gouverneur de la ville de Conakry

Pour Soriba Sorel Camara, ‘’ses propos ont été mal interprétés par ces medias’’.

Notre reporter à tendu son micro au président du conseil de ville ce dimanche, pour plus de précision, lisez…..

Le gouverneur de Conakry a tout d’abord rappeler sa responsabilité dans la sécurité de tous les guinéens résidents dans sa zone juridique : « Je connais ce que je fais, je connais ma mission. Ma mission est de promouvoir la démocratie, il ne peut pas y avoir de démocratie sans contradiction, sans opposants, sans mouvance. C’est une règle générale reconnue même par l’assemblée nationale de notre pays. Les mouvements qui ont eu lieu m’ont interpellés et continuent à m’interpeller pour le fait que la sécurité des citoyens me revient », rappelle-t-il.

A la question de ce qu’il a appelé ‘’mort politique’’ du leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Soriba Sorel Camara explique : «Mon meeting de hafia a été un commentaire large sur la nécessité d’un dialogue et de la paix. C’est en cela que j’ai dit que le chef de file de l’opposition reconnu de nos jours est une cible. Pourquoi ? On veut le tuer. Pas le tuer physiquement, c’est Dieu qui tue physiquement. Politiquement, chaque fois qu’on fait sortir des jeunes à son nom, chaque fois c’est une désintégration de sa mouvance. C’est pour qu’un jour il perde tout ce monde qui est derrière lui tant bien que mal, pour que ceux qui sont pressés soient le relai dans l’alternative des futurs élections ou dans l’alternative de la succession au sein du parti… » Soutient le gouverneur de Conakry.

Il a ensuite conseiller à ‘’ceux qui veulent travestir’’ ses propos de revoir leur écris.  « Je continue à demander la paix, le dialogue et la promotion de la démocratie. Et ceux qui veulent travestir n’ont qu’à bien comprendre français parce que sur le site, ils ont dit que c’était ambigüe, que ce n’était pas bien expliqué », clarifie le président du conseil de ville.

Soriba Sorel Camara précise qu’il ne s’agissait pas que de l’UFDG et que sa préoccupation principale est la garantie de la démocratie. Il affirme même avoir dit à certains cadres de la mouvance présidentielle qu’il y a certains qui commencent à préparer la lutte de la succession.

« Qui se sent morveux se mouche (…). En tous cas nous on est là pour suivre l’affirmation de la démocratie dans les règles des élections, pas dans les règles d’une usurpation de conscience ou de mouvement politique», rassure enfin le gouverneur de Conakry.

Oury Bah pour guineeline.com

+224 654 457 463

 

 

 

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*