Le CCPROMAF dénonce la communautarisation des concerts en Guinée

Traduire la page - Translate this page

Le CCPROMAF dénonce la communautarisation des concerts en Guinée

Le Collectif des Communicateurs, Promoteurs et Managers de la Forêt (CCPROMAF), a animé une conférence mercredi, 03 janvier 2018, à la maison de la presse de Coléah, pour dire non à la communautarisation des concerts en Guinée.

 Le responsable de communication de l’artiste Aubin Théa, Marcel Lamah, a expliqué, « nous voulons que désormais les concerts en Guinée soient décommunautarisés. Puisque notre pays connait une certaine division profonde. Le rôle revient aux journalistes pour que le tissu social soit ressoudé comme par le passé.

 Aujourd’hui parler d’un concert en Guinée, c’est parlé d’une élection présidentielle ou n’importe quelle autre. Si un artiste peulh fait un concert par exemple, la coloration sera à force majorité du foutha, tout comme des artistes d’autres ethnies. Pourtant si c’est un artiste étranger qui fait son concert en Guinée, c’est tout le peuple de Guinée qui prend part à l’évènement. »

 « Il est bon d’avoir des artistes étrangers chez nous pour les concerts. Mais il est très important que nous soutenons nos artistes. Que ça soit un artiste forestier ou de la haute Guinée qui fait une dédicace ou un concert, pour décommunautariser l’évènement, il faut que tout le peuple de Guinée se sente concerner.

 Décommunautariser les concerts en Guinée, est une question de sensibilisation de la population pour permettre à nos artistes de vivre de leur art. Faire venir souvent des artistes étrangers de grand renommé chez nous pour jouer, c’est très bon. Puisque ça fait ambiancer la cité. Mais il est mieux de faire la promotion de nos artistes à la base », conseil Marcel Lamah.

 Jacob Guilavogui 

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*