Les embouteillages à Conakry, que de  difficultés

Traduire la page - Translate this page

Les embouteillages à Conakry, que de difficultés

Il  n’est un secret pour personne que les embouteillages constituent un phénomène préoccupant dans la capitale guinéenne. Il est excessivement difficile de circuler à Conakry, surtout aux heures de pointe. Et c’est dans cette difficulté que vivent quotidiennement les habitants de Conakry.

Les causes de ces bouchons intarissables sont diverses et variées. Il  s’explique par l’état de dégradation très poussé des routes, la délinquance de certains agents de la police routière et l’absence de services publics de transport.

D’aucuns pointent un doigt accusateur à certains conducteurs qui ne respectent pas les règles de bonne conduite dans la circulation. Certains dénoncent ce qu’ils appellent le mauvais comportement  des éléments de la police routière qui cherchent à tout prix d’interpeller et faire payer quelques conducteurs. Les autres, les plus nombreux d’ailleurs dénoncent l’état piteux des routes de Conakry et les tas d’immondices qui les arborent parfois.

Se rendre au centre de la presqu’île de Kaloum ou au grand marché de Madina le matin est un calvaire  pour les usagers, surtout en cette saison hivernale. Le cas du rond-point de Matoto où des travaux de rénovation sont en train d’être faits en est une illustration. « Pour être à Kaloum à 8 heures, l’homme doit bouger à 6 heures du matin. Et c’est une préoccupation quotidienne », nous a confié un infographe sous anonymat.

Quant à Ousmane Diallo, conducteur de taxi sur la route Le prince, il laisse entendre que les embouteillages font souffrir en temps et en argent. «Les  embouteillages épuisent notre carburant, usent nos moteurs et jouent sur la recette journalière que nous déposons à nos patrons. A cela s’ajoute la dépense quotidienne à la maison », explique-t-il avant de demander à l’Etat de venir au secours des populations.

Il faudrait que les autorités soient proactives et visionnaires par rapport à ce phénomène. Ce, en construisant des échangeurs autour des ronds-points, dégageant les voiries urbaines, entretenant les routes et en poussant les populations à respecter les codes de la conduite. C’est en cela seulement que les conkrykas pourront vivre aisément comme ceux des pays voisins de la Guinée.

 Abdoul Gadiry DIALLO

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*