Mines : Women in Mining s’active pour l’amélioration des conditions de vie des femmes dans les mines

Traduire la page - Translate this page

Mines : Women in Mining s’active pour l’amélioration des conditions de vie des femmes dans les mines

L’ONG Women in Mining (WIM) s’active pour l’amélioration des conditions de vie des femmes dans les mines. C’est du moins ce qui ressort de son projet Women in Mining Index Africa qui vise à étudier les conditions de vie des femmes qui travaillent à la fois dans les mines que celles qui sont dans les communautés riveraines des zones minières en République de Guinée.

 C’est pour atteindre cet objectif que WIM avec l’appui technique et financier d’Open Society Initiative For West Africa (OSIWA) a organisé un atelier  de 4 jours qui a pris fin vendredi 24 février à Conakry pour élaborer des indicateurs, des questionnaires et  de la méthodologie de recherche dans le cadre de la réalisation d’une étude qui vise à définir les conditions de vie des femmes dans les mines.

L’objectif global du projet est de développer un outil pour évaluer la situation des femmes dans le secteur minier. Ce, pour faire un plaidoyer auprès des autorités et des sociétés minières afin d’améliorer les conditions de la couche féminine.

Les experts de la Guinée, du Burkina Fasso et du Sénégal ont élaborés des indicateurs sur des activités, notamment Politique de l’emploi, de la promotion du genre et de l’équité, le financement de la communauté et des activités des femmes, l’accès des femmes aux ressources foncières, forestières et des crédits, les textes des lois favorisant le développement des femmes, la santé des femmes entre autres.

« La question de la participation des femmes dans les industries extractives en Guinée est caractérisée par une forte discrimination », a dit Abdoul Rahmane Diallo, coordinateur de programmes d’OSIWA-Guinée. Pour lui, la situation des femmes dans le secteur minier est caractérisée par une discrimination en termes de formations et d’affectation à des postes de responsabilité.

« Nous avons identifié la situation des femmes dans le secteur minier aussi bien celles qui travaillent dans l’artisanat que dans les sociétés minières formelles. Nous avons identifié des indicateurs sur la base de quatre composantes. Nous avons identifié des indicateurs qui vont se renseigner sur les actions que les entreprises minières font ou vont faire à l’endroit des femmes mais également les actions que l’Etat doit entreprendre à l’endroit des femmes, leur situation au niveau de l’éducation, leur formation dans le secteur minier et enfin, des vérificateurs qui vont renseigner sur le pouvoir économique ou l’autonomisation des femmes dans le secteur des mines », explique Mme Aminata Niang, experte sénégalaise en genre et gestion minière qui a participé aux discussions.

Quant à Mme Aminata Kéïta, membre de WIM-Guinée, l’index Wim est comme un outil de prise de décision avec les indicateurs développés.

Les résultats obtenus de cet atelier permettront d’avoir un outil complet pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes évoluant dans le secteur extractif en Guinée.

Mamadou Oury Bah

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*