Mondial 2018 : Pourquoi les managers noirs ne sont pas de la fête ?

Traduire la page - Translate this page

Mondial 2018 : Pourquoi les managers noirs ne sont pas de la fête ?

L’équipe nationale de football du Sénégal a attiré l’attention mondiale en Russie ces derniers jours et ce n’est pas seulement parce qu’elle a remporté la première victoire parmi les équipes africaines à la Coupe du monde.

Les Lions de la Teranga ont bien arraché la victoire 2-1 à la Pologne dans le groupe H. Et pour beaucoup de fans et d’internautes, le Sénégal « a sauvé l’honneur de l’Afrique ».

Leur manager, Aliou Cissé, est le seul Noir à diriger l’une des 32 nations participant au tournoi, malgré la prédominance des joueurs noirs.

« C’est bien que je sois le seul entraîneur noir de cette coupe du monde, même si c’est un sujet qui me gêne. Aujourd’hui le football est un sport universel et je crois que la couleur de la peau n’a pas d’importance » a déclaré Aliou Cissé aux journalistes.

Les managers noirs sont rares lorsqu’on s’intéresse aux Coupes du Monde.

Plafond de verre ?

En France, en 1998, la première des plus grandes Coupes du monde, il n’y avait pas d’entraîneurs noirs, malgré l’augmentation du nombre d’équipes issues de pays à population majoritairement noire – les nations africaines, par exemple, sont passées de trois à cinq places.

Depuis lors, seuls sept professionnels noirs ont eu l’opportunité de se faire une place au sein de la plus grande compétition de football au monde.

« Cela n’a vraiment pas grand-chose à voir avec la nationalité de l’entraîneur. C’est la compétence de l’entraîneur. Si nous avons un entraîneur ghanéen qui peut gagner un tournoi, super. Un Européen, c’est génial aussi « , a récemment déclaré Kwesi Nyantakyi, président de la fédération ghanéenne, dans une interview télévisée.

James Kwesi Appiah lors du Mondial 2014 au Brésil
James Kwesi Appiah lors du Mondial 2014 au Brésil

Le Ghana est l’une des puissances du football africain, mais a manqué la Russie en 2018.

Leur manager est l’ancien capitaine James Appiah, qui a remplacé l’ancien manager de Chelsea, Avram Grant, un Israélien, après que les ‘Black Stars’ aient terminé quatrième de la CAN.

Les plus grandes distinctions du Ghana quatre titres continentaux (1963, 1965, 1978 et 1982) ont été obtenues sous la direction des managers noirs.

Disparité raciale

Pour les militants pour l’égalité, la disparité raciale au sein de de la Coupe du monde est évidente et décourageante.

En Angleterre, en France et aux Pays-Bas, les professionnels des minorités ethniques et noires représentaient seulement 3 % des coach en 2014, selon une étude à grande échelle commandée par l’association Football contre le racisme en Europe (FARE).

« Les grandes ligues européennes sont responsables de cela. Ils ont des antécédents de joueurs noirs mais pas de soutien pour les encourager à devenir entraîneurs. C’est le vieux préjugé que les athlètes noirs sont considérés comme de bons interprètes, mais pas des leaders », explique Piara Powar, directrice générale de Fare.

« Les dirigeants noirs luttent contre des siècles de préjugés, de racisme scientifique qui était autrefois utilisé pour justifier l’esclavage. Et une fois qu’il a été intégré dans le football européen, ce racisme s’est étendu à d’autres régions comme l’Afrique, où l’embauche de gestionnaires européens blancs est très commun, en particulier les vétérans qui finissent par entraîner deux pays ou plus dans la région », ajoute-t-elle.

Hervé Renard et Yaya Touré lors du dernier match de football de la Coupe d'Afrique des Nations 2015, Côte d'Ivoire
Hervé Renard et Yaya Touré lors du dernier match de football de la Coupe d’Afrique des Nations 2015, Côte d’Ivoire

Hervé Renard est l’un des nombreux entraîneurs européens qui ont dirigé des équipes africaines. Il a mené ses équipes à la victoire et remporté la Coupe d’Afrique des Nations avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015. Il coach le Maroc en Russie pour la Coup du monde 2018.

Nouvelles générations ?

Estimant représenter ses collègues africains à la Coupe du monde, l’entraîneur du Sénégal a abordé la question à la veille du match contre la Pologne. Aliou Cissé a plaidé pour une plus grande présence de techniciens issus du continent à la tête de leurs sélections nationales.

« Il y a une nouvelle génération avec les Florent Ibengué, que je représente ici et qui a envie de se faire une place dans le football africain et mondial ».

« En plus d’être de bons joueurs, nous [les Africains] sommes très bons dans nos tactiques et nous avons le droit de faire partie des meilleurs matches internationaux.  »

« Une plus grande présence des techniciens africains permettra au football africain de mieux progresser » selon l’entraîneur du Sénégal.

De son côté, le journaliste et écrivain néerlandais Simon Kuper, co-auteur du livre de football « Soccernomics », soutient que la situation est également influencée par des préjugés inconscients.

« Cisse n’a pas gagné le match pour le Sénégal. Les joueurs sont responsables de 95 % des victoires. Mais le manager est le visage de l’équipe. Le public et les médias interagissent avec le manager et le voient dans des conférences de presse. Au lieu de la couleur, nous devrions aussi parler de genre. Parce que peut-être une femme noire pourrait être une excellente gestionnaire ».

Le saviez-vous

  • Lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2017 (CAN), seules trois équipes sur 16 avaient un manager noir
  • Cependant, le Brésil n’a jamais eu de manager noir lors d’une Coupe du Monde : le pays le plus récompensé de l’histoire de la Coupe du monde a une population métisse de plus de 50 % (dont 47% de Noirs) et compte sur des joueurs emblématiques tels que Pelé, Garrincha, Romario et Ronaldo qui ont remporté le trophée à cinq reprises.
  • avec bbc

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*