Port Autonome de Conakry : Le Directeur Général décide de concentrer toutes les activités RORO dans les mains de Bolloré, de gros risques de perte en vue (Enquête)

Traduire la page - Translate this page

Port Autonome de Conakry : Le Directeur Général décide de concentrer toutes les activités RORO dans les mains de Bolloré, de gros risques de perte en vue (Enquête)

Plus l’ombre d’un fichu doute, Alpha Condé est décidé à tout donner à ses amis français, à tout donner à Bolloré. Au port autonome de Conakry, il se passe des choses, des choses vraiment pas très catholiques.

En dépit d’une convention de concession du terminal à conteneurs du port autonome de Conakry, signée en faveur du géant français Bolloré en 2011, au terme d’un tour de passe-passe magique enlevant à Getma international un appel d’offres qu’il avait remporté, les autorités guinéennes sont comme dans une logique d’asphyxier que dis-je de tuer à petit feu toute concurrence à Bolloré, pour qu’il ait ainsi roue libre pour faire plus de profit, mais au grand dam de l’économie guinéenne et de tous les utilisateurs du port autonome de Conakry, sans parler des pertes d’emplois qui pourraient en découler.

Tenez, voici près d’une semaine que les opérateurs portuaires, dans le cas d’espèce Getma, Transco et Afrimarine, ont été surpris de voir atterrir sur leurs bureaux un avis signé de Mamadouba Sankhon, Directeur Général du PAC (Port Autonome de Conakry). Mais un avis qui est loin d’être une plaisanterie de mauvais goût.

Que dit cet avis ? Il dit deux choses principalement mais dont découlent une effilée de conséquences dommageables à la fois pour les premiers concernés, les opérateurs portuaires, l’économie guinéenne, mais aussi et surtout pour les importateurs de véhicules et in fine les consommateurs…

Primo : le DG du port notifie aux opérateurs susmentionnés qu’à partir du 31 octobre, soit dans moins de trois mois, il sera mis fin au trafic au terminal conventionnel du port autonome de Conakry. Le terminal conventionnel, ce sont quatre quais qui reçoivent les opérations concernant les marchandises générales et les véhicules). Autrement dit, c’est là où accostent les bateaux RORO ou navires rouliers.

Deuxio : le DG notifie aux mêmes opérateurs qu’à compter du jour qui suit, le 1ernovembre, tous les navires RORO doivent effectuer les opérations de  débarquement au terminal à conteneurs. Sous l’emprise de Bolloré ! En claire, toute l’activité RORO tombe à partir de cette date, dans l’escarcelle du géant français, qui en disposera ainsi du monopole. Aux autres opérateurs portuaires de fermer boutique ou d’aller voir ailleurs.

Mais, en lisant plus loin cet avis, on peut noter deux choses qui sont en réalité des monstruosités :

1-le DG du port autonome de Conakry demande aux autres opérateurs de se référer à Bolloré, leur concurrent ; Allez comprendre !

2-le DG du port notifie que c’est Bolloré qui est chargé de la mise en œuvre de l’avis, non lui en tant que première autorité du port autonome de Conakry ;

Venons-en à présent aux conséquences qu’on s’imagine catastrophiques pour tous les acteurs, l’Etat guinéen et les pauvres citoyens :

D’abord à partir de cet avis, le DG du PAC, unilatéralement et sans aucune régularité administrative, annule les agréments techniques de Getma, Transco et Afrimarine, relatifs à l’activité RORO et octroie de fait au Groupe Bolloré, le monopole de ladite activité ;

Or, selon le droit administratif de la Guinée, il revient au ministère des transports et non au directeur général du PAC-sur recommandation de la direction nationale de la marine marchande, de retirer un agrément technique à une société de consignation et/ou de manutention au port de Conakry ;

-Ensuite, supprimer la manutention des ROROs et le stationnement de leurs cargaisons à Getma, Transco et Afrimarine, revient de facto, à leur supprimer la consignation aussi. En effet, pour un armateur roulier, il vaut mieux avoir à faire avec un seul agent consignataire pour s’occuper à la fois de la manutention et du stationnement, si possible ;

Conséquence, étant donné que la consignation, la manutention et le stationnement de leurs marchandises constituent la seule raison d’être pour ces sociétés, leur supprimer l’activité RORO signifie les pousser à fermer boutique. Avec tout ce que cela implique, en termes de pertes d’emplois. Les trois sociétés réunies, selon nos informations, pèsent plus d’un millier d’emplois ;

Ainsi, il pourrait en découler pour ces sociétés, la perte d’importants investissements effectués au PAC, en ville et à Kagbélen, la perte d’un millier d’emplois on l’a dit, le découragement de la desserte du PAC par des armateurs soucieux de l’application de l’éthique dans le métier et la compétitivité des prix, de grosses pertes pour le PAC, la douane et les impôts, qui pourraient s’évaluer en milliards de nos francs ;

Et enfin, Bolloré disposant de monopole, pourrait ainsi fixer les prix des opérations comme bon lui semble, ce qui revient à dire que les véhicules importés reviendront plus chers dorénavant, ce qui veut dire qu’à l’avenir il faudra débourser plus d’argent pour acheter nos véhicules en Guinée, ou aller voir ailleurs.

mosaiqueguinee.com 

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*