Un non-lieu pour les 18 gardes du corps de Cellou Dalein Diallo

Traduire la page - Translate this page

Un non-lieu pour les 18 gardes du corps de Cellou Dalein Diallo

Le juge d’instruction abandonne les charges contre les 18 gardes du corps de Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne. Ces gardes du corps détenus à la Maison centrale de Conakry depuis février 2016 ont été arrêtés et mis sous mandat de dépôt dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Mohamed Diallo viennent de bénéficié d’un non-lieu.

L’annonce a été faite ce jeudi par le collectif des avocats de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) lords d’un point de presse.

« Dans l’ordonnance n°181 du 24 mai 2016, le doyen des juges d’instruction, après quatre mois d’intenses investigations judiciaires, a ordonné la libération immédiate de nos clients. Parce qu’il s’est rendu compte qu’il n’y a aucune charge contre eux », a déclaré Me Alsény Aissata Diallo, un des avocats de l’UFDG qui soutient que la libération de leurs clients n’est pas encore effective.

«Le parquet de Conakry II a refusé d’exécuter cette ordonnance, cette décision judiciaire. Il a préféré interjeter appel, mais nous nous acheminons vers la chambre d’accusation  où nous nous battrons corps et âme pour que cette ordonnance sage soit confirmée et que nos clients soient libérés », a souligné l’avocat.

A rappeler que l’un de ces gardes du corps arrêtés dans cette affaire, Mamadou Saidou Bah a rendu l’âme à l’hôpital Ignace Deen, seulement quelques jours après son hospitalisation.

Oury Bah

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*