Etats-Unis: Trump en visite dans une Californie ravagée par le «Camp Fire»

Traduire la page - Translate this page

Etats-Unis: Trump en visite dans une Californie ravagée par le «Camp Fire»

Avec plus d’un millier de disparus, 1011 précisément, et 71 morts, le bilan de l’incendie « Camp Fire » a encore une fois été revu à la hausse ce vendredi 16 novembre. Le nombre de disparus était de 631 la veille. Le feu le plus meurtrier et destructeur de l’histoire de la Californie est désormais à moitié contenu par les pompiers. Donald Trump est attendu sur place ce samedi. Le président américain va se rendre à Paradise, une ville totalement détruite pour constater les dégâts. Le président américain avait déclenché la polémique la semaine dernière en accusant la Californie de mal entretenir ses forêts. Cette Californie, terre de résistance revendiquée à son administration, est l’Etat le plus libéral des Etats-Unis. Mais la zone rurale du nord de la Californie dévastée par les incendies fait exception : elle avait largement voté Trump en 2016.

The video could not be loaded, either because the server or network failed or because the format is not supported.

Avec notre correspondant à San Francisco,Eric de Salve

C’est la seconde visite en Californie de Donald Trump depuis son élection et, paradoxalement, il ne sera pas en terrain ennemi. Car cette Californie frappée par les incendies est celle de l’intérieur et du nord rural et agricole. Celle qui affiche fièrement la bannière étoilée sur le fronton des maisons et les pancartes des candidats républicains dans les jardins.

Alors que le reste de l’Etat côtier vote massivement démocrate ces régions de la Central et de la Northen valley votent largement républicain. Le comté de Butte par exemple, celui de la ville de Paradise totalement détruite par le « Camp Fire » la semaine dernière a voté Trump à 48% en 2016. Celui de Shasta dévasté cet été par le feu de Redding a, lui, voté Trump a plus de 65%.

Au lendemain de la tragédie de Paradise, Donald Trump avait déclenché la polémique en pointant la piètre gestion des forêts par les autorités californiennes. Son farouche détracteur, le gouverneur Jerry Brown, lui avait alors répondu que le réchauffement climatique qu’il s’entête à nier est directement responsable. Pourtant aujourd’hui, ces débats seront derrière eux. Jerry Brown et son successeur Gavin Newsom accompagneront le président américain dans les cendres de Paradise. Devant l’ampleur historique de cette tragédie, « l’heure est au rassemblement pour le peuple de Californie » a déclaré Jerry Brown.

San Francisco suffoque

A cause de ces gigantesques feux de forêt, à 250 km plus au sud, San Francisco suffoque dans une épaisse couche de fumée blanche. Une fumée qualifiée de « très malsaine » par les autorités. Une alerte rouge a été déclenchée sur la cette très mauvaise qualité de l’air. Les vols au départ de la ville ont été perturbés et toutes les écoles et universités de San Francisco et de ses environs ont fermé ce vendredi.

Dans les rues, la plupart des habitants sont obligé de porter un masque et si la municipalité recommande aux habitants de rester chez eux, la consigne est loin d’être respectée par tout le monde. C’est le cas de Julie obligé de sortir pour promener des chiens car c’est son métier. Malgré son masque elle souffre de la fumée. « J’ai travaillé en extérieur toute la semaine et c’est dur : mal à la gorge, le nez sec, mes yeux qui brulent. Hier soir quand je suis rentrée chez moi, j’étais si mal, je me suis demandée si je n’étais pas en manque d’oxygène », explique-t-elle.

De la fumée sur 400 kilomètres

Malgré les consignes, Joseph, peintre en bâtiment est lui aussi obligé de travailler en extérieur. Natif de la région de San Francisco, il n’a jamais connu pareille pollution. « Je n’ai jamais rien vu de tel, affirme-t-il. Je suis inquiet. J’ai entendu que cette fumée est vraiment nocive pour les poumons. C’est pour ça que je porte un masque ».

La fumée du « Camp Fire » recouvre une zone allant jusqu’à 400 km au sud du foyer. Aucune amélioration n’est prévue avant le milieu de la semaine prochaine.

rfi

A propos de guineeline

Guineeline.com, site d'informations sur l'actualité politique, économique, sportive, sociétale, culturelle et de faits divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*