Le cancer de la vessie ‘attaqué et tué par le virus du rhume’

Traduire la page - Translate this page

Le cancer de la vessie ‘attaqué et tué par le virus du rhume’

Une souche du virus du rhume peut infecter et tuer les cellules cancéreuses de la vessie, selon une étude réalisée à petite échelle.Tous les signes de la maladie ont disparu chez un patient et, chez 14 autres, on a constaté que des cellules cancéreuses étaient mortes.Des chercheurs de l’Université du Surrey ont déclaré que le virus pourrait “contribuer à révolutionner le traitement” du cancer et à réduire le risque qu’il se reproduise.Un organisme caritatif de lutte contre le cancer de la vessie a qualifié l’étude de “très excitante” si des études de plus grande envergure confirment les résultats.

 

“Je ne savais pas qu’un homme pouvait avoir le cancer du sein”Le cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire est le 10e cancer le plus fréquent au Royaume-Uni, avec environ 10 000 nouveaux cas chaque année.Les traitements actuels pour ce type de cancer de la vessie sont invasifs ou peuvent causer des effets secondaires graves.Et une surveillance constante et coûteuse est nécessaire pour vérifier que le cancer n’est pas réapparu après le traitement.‘Une action spéciale’

Dans cette étude, 15 patients atteints de la maladie ont reçu le coxsackievirus anti-cancérigène (CVA21) par cathéter une semaine avant l’intervention chirurgicale pour retirer leurs tumeurs.Lorsque les échantillons de tissus ont été analysés après l’opération chirurgicale, il y avait des signes que le virus avait ciblé et tué des cellules cancéreuses dans la vessie.Une fois ces cellules mortes, le virus s’est ensuite reproduit et a infecté d’autres cellules cancéreuses – mais toutes les autres cellules saines sont restées intactes.

Fathma Guenoune présidente de la ligue sénégalaise de lutte contre le cancer

Ce que fait le virus est spécial, affirme le directeur de l’étude, le professeur Hardev Pandha, de l’Université de Surrey et du Royal Surrey County Hospital.”Le virus pénètre à l’intérieur des cellules cancéreuses et les tue en déclenchant une protéine immunitaire, ce qui amène d’autres cellules immunitaires à venir se joindre à la fête”, a-t-il dit.

Aucun effet secondaire n'a été observé chez les patients traités par le virus au moyen d'un cathéter jusqu'à la vessie.Aucun effet secondaire n’a été observé chez les patients traités par le virus au moyen d’un cathéter jusqu’à la vessie.

Normalement, les tumeurs de la vessie sont “froides” parce qu’elles n’ont pas de cellules immunitaires pour combattre le cancer.Mais les actions du virus les rendent “chaudes”, faisant réagir le système immunitaire de l’organisme.M. Pandha dit que le même virus a également été testé contre le cancer de la peau, mais que c’était la première fois qu’il était étudié dans un essai clinique sur le cancer de la vessie.

 

Pourquoi l’obésité peut causer le cancer “La réduction de la charge tumorale et l’augmentation de la mort des cellules cancéreuses ont été observées chez tous les patients et ont permis d’éliminer toute trace de la maladie chez un patient après seulement une semaine de traitement, ce qui démontre son efficacité potentielle “, a-t-il déclaré.”Il faut relever qu’aucun effet secondaire significatif n’a été observé chez aucun patient”, a souligné M. Pandha.

Nouvelle ère dans le traitement

La prochaine étape sera maintenant d’utiliser le virus du rhume avec un traitement médicamenteux d’immunothérapie ciblée, appelé inhibiteur aux points de contrôle, dans un futur essai sur un plus grand nombre de patients.Le Dr Nicola Annels, chercheur à l’Université du Surrey, a déclaré que des virus comme le coxsackievirus “pourraient signaler un abandon des traitements comme la chimiothérapie”.Allen Knight, président d’Action Bladder Cancer UK, a déclaré que les résultats de l’étude étaient “très excitants”.

Le cancer de la vessie coûte au NHS plus cher par patient que presque tous les autres cancers, en raison du taux élevé de récidive, dit-il.

Un traitement contre le cancer lauréat du Prix Nobel “Si les données sur l’innocuité, la tolérabilité et l’efficacité peuvent être confirmées dans le cadre d’études et d’essais cliniques plus vastes, cela pourrait annoncer une nouvelle ère dans le traitement du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire, pour les patients comme moi, qui estime souvent que nous ne profitons pas des innovations dans les traitements contre le cancer.Le Dr Mark Linch, spécialiste du cancer de la vessie au Cancer Research UK Cancer Institute a déclaré que les premiers résultats étaient “encourageants”.”Il sera vraiment intéressant de voir comment cette nouvelle thérapie à base de virus fonctionne lors d’essais de plus grande envergure chez les personnes atteintes d’un cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire, en particulier en association avec de nouvelles immunothérapies “, a-t-il dit.

bbc

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*