Le présumé cerveau de l’attaque de Nairobi arrêté

Traduire la page - Translate this page

Le présumé cerveau de l’attaque de Nairobi arrêté

L’attentat à Bogota du 17 janvier 2019 est le plus meurtrier enregistré dans la capitale colombienne depuis 2003. Le président Ivan Duque, qui a décrété un deuil national de trois jours, n’a pas hésité à qualifier cet acte terroriste de « misérable » et s’est bien entendu engagé pour que les responsables soient capturés et présentés devant la justice, si d’aventure la police estime qu’il y a des terroristes impliqués.

Les autorités colombienne n’ont révélé pour le moment que le nom de l’auteur matériel de cet attentat à la voiture piégée, sans pour autant écarter l’hypothèse de connexion avec d’autres personnes. Il s’agit d’un certain José Aldemar Rojas Rodriguez, un homme de 56 ans, amputé de la main droite. Selon la presse colombienne, il est originaire de Boyaca, dans le département de l’Arauca, une région frontalière avec le Venezuela. Son numéro de carte d’identité est également communiqué par les autorités et relayé par la presse.

La revue Semana révèle elle qu’il n’a obtenu son permis de conduire qu’en février 2018. Il aurait ensuite acheté le véhicule qui a servi à cet attentat dans ce département, un SUV Nissan Patrol de 1993 de couleur gris. Un attentat kamikaze selon les premières constatations, ce qui en ferait le premier du genre en Colombie selon la presse.

José Aldemar Rojas Rodriguez appartenait-il à un mouvement de guérilla ?

La presse colombienne s’interroge. Les autorités enquêtent sur la présence de Rojas au sein de la guérilla des FARC, croit savoir le quotidien El Tiempo qui avance qu’il aurait pu être un proche du chef de groupe des FARC dans L’Arauca. Une information démentie par Fidel Marulanda Pérez, le chef politique du parti issu de la guérilla dans la région. Selon la revue Semana, José Aldemar Rojas Rodriguez aurait demandé à plusieurs reprises d’être inclus dans le processus de paix.

 L’autre rumeur rapportée par la presse concernerait d’éventuels liens de cet homme avec l’ELN, l’Armée de libération nationale, qui est, contrairement aux FARC, toujours active et très présente dans le département de l’Arauca. Selon des informations des Forces armées, Rojas pourrait être Mocho Kiko, un artificier de l’ELN, également manchot.

Investigan vínculo de José Aldemar Rojas, autor del atentado, con Eln

Inteligencia militar lo identifica como ‘Mocho Kiko’, explosivista de esa guerrilla.

eltiempo.com

Il ne s’agit encore que d’hypothèses et de pistes de travail. Aucune revendication n’a été adressée. Mais pour rappel : la dernière attaque contre des policiers, perpétrée en janvier 2018 à Barranquilla, avait été revendiquée par l’ELN. Une attaque qui avait fait 6 morts et 40 blessés.

rfi

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*