Le vaccin anti-coronavirus sera-il bientôt disponible ?

Traduire la page - Translate this page

Le vaccin anti-coronavirus sera-il bientôt disponible ?

Le coronavirus représente toujours une importante menace, mais il n’existe aucun vaccin dont il soit prouvé qu’il protège l’organisme contre la maladie qu’il provoque – la Covid-19.

Cependant, il existe environ 40 vaccins différents contre les coronavirus en cours d’essais cliniques – dont un en cours de développement par l’université d’Oxford qui est déjà à un stade avancé des essais.

Pourquoi est-ce important d’avoir un vaccin contre les coronavirus ?

Le virus se propage facilement, et la majorité de la population mondiale y est encore vulnérable. Un vaccin offrirait une certaine protection en préparant le système immunitaire des gens à combattre le virus afin qu’ils ne tombent pas malades.

Cela permettrait de lever les confinements de manière plus sûre et de réduire la distanciation sociale.

Quels sont les progrès réalisés ?

La recherche avance à une vitesse fulgurante. Environ 240 vaccins sont en phase de développement précoce, 40 sont en cours d’essais cliniques et neuf sont déjà en phase finale d’essais sur des milliers de personnes.

  • Les essais du vaccin d’Oxford montrent qu’il peut déclencher une réponse immunitaire, et un accord a été signé avec AstraZeneca pour fournir 100 millions de doses rien qu’au Royaume-Uni.
  • Les premiers résultats d’essais sur l’homme, en mai dernier, indiquaient que les huit premiers patients participant à une étude américaine avaient tous produit des anticorps susceptibles de neutraliser le virus.
  • Un groupe en Chine a montré qu’un vaccin était sûr et a conduit à la fabrication d’anticorps protecteurs. Ce vaccin est actuellement mis à la disposition de l’armée chinoise.
  • D’autres approches complètement nouvelles pour le développement de vaccins sont en cours d’essais sur l’homme.

Cependant, personne ne sait quelle sera l’efficacité de ces vaccins.

Quand disposerons-nous d’un vaccin contre le coronavirus ?

Il faudrait normalement des années, voire des décennies, pour mettre au point un vaccin. Les chercheurs espèrent obtenir la même quantité de travail en quelques mois seulement.

La plupart des experts pensent qu’un vaccin sera probablement largement disponible vers le milieu de l’année 2021, environ 12 à 18 mois après l’apparition du nouveau virus, connu officiellement sous le nom de Sars-CoV-2.

Ce serait un énorme exploit scientifique, et rien ne garantit qu’il fonctionnera.

Mais les scientifiques sont optimistes et pensent que si les essais sont concluants, un petit nombre de personnes – comme les professionnels de la santé – pourraient être vaccinées avant la fin de l’année.

Il convient de noter que quatre coronavirus circulent déjà chez les êtres humains. Ils provoquent les symptômes du rhume et nous ne disposons de vaccin pour aucun d’entre eux.

Que reste-t-il à faire ?

De nombreux groupes de recherche ont conçu des vaccins potentiels. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire.

  • Les essais doivent montrer que le vaccin est sûr. Il ne serait pas utile s’il causait plus de problèmes que la maladie qu’il est censé prévenir
  • Les essais cliniques devront également montrer que les vaccins provoquent une réponse immunitaire qui protège les personnes contre la maladie
  • Il faut développer un moyen de produire le vaccin à grande échelle pour les milliards de doses potentielles
  • Les autorités de réglementation des médicaments doivent l’approuver avant qu’il puisse être administré
  • Enfin, il y aura l’énorme défi logistique que représente l’immunisation effective de la majeure partie de la population mondiale

Le succès des mesures de confinement a ralenti le processus. Pour savoir si le vaccin fonctionne, il faut que les gens soient effectivement infectés.

L’idée de donner le vaccin aux gens et de les infecter ensuite délibérément (connue sous le nom d’étude de provocation) permettrait d’obtenir des réponses plus rapidement. L’inquiétude est que cela est trop dangereux et qu’il ne serait pas éthique à ce stade de réaliser ce type d’étude.

Combien de personnes doivent être vaccinées ?

Il est difficile de savoir sans connaître l’efficacité du vaccin.

On pense que 60 à 70 % des personnes doivent être immunisées contre le virus pour empêcher sa propagation facile (c’est ce qu’on appelle l’immunité collective).

Mais cela représenterait des milliards de personnes dans le monde entier même si le vaccin fonctionnait parfaitement.

Comment crée-t-on un vaccin ?

Les vaccins exposent de manière inoffensive le système immunitaire aux virus ou bactéries (ou même à de petites parties de ceux-ci). Les défenses de l’organisme les reconnaissent comme un envahisseur et apprennent à les combattre.

Ensuite, si l’organisme est réellement exposé, il sait déjà quoi faire.

Depuis des décennies, la principale méthode de vaccination consiste à utiliser le virus d’origine.

Le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) est fabriqué à l’aide de virus affaiblis qui ne peuvent pas provoquer une infection à part entière. La piqûre contre la grippe saisonnière permet de neutraliser complètement les principales souches de grippe.

Certains scientifiques, notamment en Chine, utilisent cette approche.

Biologiste avec des acides nucléiques isolés à partir d'échantillons humains pour être testés pour l'infection par le coronavirus Covid-19.
Des travaux sont également en cours sur les vaccins contre les coronavirus en utilisant des approches plus récentes, et moins testées, appelées vaccins “prêts à l’emploi”. Comme nous connaissons le code génétique du nouveau coronavirus, le Sars-CoV-2, nous disposons d’un plan complet pour le construire.

Les chercheurs d’Oxford ont mis de petites sections de son code génétique dans un virus inoffensif qui infecte les chimpanzés. Ils semblent avoir développé un virus sûr qui ressemble suffisamment au coronavirus pour produire une réponse immunitaire.

D’autres groupes utilisent des morceaux de code génétique brut (ADN ou ARN selon l’approche) qui, une fois injectés dans le corps, devraient commencer à produire des morceaux de protéines virales que le système immunitaire peut apprendre à combattre. Cependant, cette approche est totalement nouvelle.

Un vaccin protégerait-il les personnes de tous âges ?

Il sera, presque inévitablement, moins efficace chez les personnes âgées, car leurs systèmes immunitaires ne répondent pas aussi bien à la vaccination. Nous le constatons avec la piqûre annuelle contre la grippe.

Il est possible de surmonter ce problème en administrant plusieurs doses ou en les associant à un produit chimique (appelé adjuvant) qui stimule le système immunitaire.

Qui se ferait vacciner ?

Si un vaccin est mis au point, l’offre sera limitée, du moins au début, et il sera donc important d’établir des priorités.

Les travailleurs de la santé qui entrent en contact avec des patients atteints de Covid-19 seraient en tête de liste. La maladie est plus mortelle chez les personnes âgées, donc elles seraient prioritaires si le vaccin était efficace dans cette tranche d’âge.

Le Royaume-Uni a également déclaré que d’autres personnes considérées comme à haut risque – y compris potentiellement celles souffrant de certaines maladies ou appartenant à certaines ethnies – pourraient être prioritaires.

bbc

A propos de guineeline

Guineeline.com, site d'informations sur l'actualité politique, économique, sportive, sociétale, culturelle et de faits divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*