Sierra Leone : heurts à Freetown après une décision de justice favorable au président

Traduire la page - Translate this page

Sierra Leone : heurts à Freetown après une décision de justice favorable au président

La justice sierra-léonaise a renforcé vendredi le poids au Parlement de la formation du président Julius Maada Bio en destituant 10 députés du principal parti d’opposition, une décision qui a provoqué des heurts entre ses partisans et la police, qui a procédé à des dizaines d’arrestations.

La Haute cour de justice a invalidé l’élection de 10 des 16 députés de l’ancien parti au pouvoir, l’APC, qui étaient poursuivis pour des infractions à la loi électorale, plus d’un an après les législatives de mars 2018.

Neuf des députés déchus ont été immédiatement remplacés par les candidats du SLPP, le parti du chef de l’Etat, qui avaient terminé en seconde position dans les circonscriptions contestées. Le dixième siège rendu vacant sera attribué lors d’une élection partielle, selon la Haute cour.

Selon ses avocats, l’APC a l’intention d’introduire un recours devant la Cour suprême. Sur les 132 députés élus de ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest, dont le sol regorge de diamants mais qui reste l’un des plus pauvres au monde, l’APC n’en compte désormais plus que 57, alors que le SLPP en dispose à présent de 58.

Des heurts ont éclaté à Freetown peu après la décision de justice devant le siège de l’APC, où la police a procédé à l’interpellation de dizaine de manifestants, dont de hauts responsables du parti et d’anciens ministres, selon une source policière.

« Nos partisans ont reçu des gaz lacrymogènes pendant des heures dans nos bureaux et ceux-ci ont été vandalisés et pillés », a déclaré à l’AFP le secrétaire général de l’APC, Alhaji Foday Yanssaneh.

Il a regretté que « 32 plaintes visant des élus du SLPP n’aient pas été examinées par la justice après un an ». « Notre parti détient la majorité au Parlement. C’est une victoire pour notre parti et pour l’état de droit », s’est en revanche réjouie l’une des figures du SLPP, le ministre de l’Intérieur Lahai Lawrence Leema, alors que les militants célébraient la décision au siège du parti au pouvoir.

« Nous nous inquiétons des divisions politiques croissantes », a réagi Alphonso Bannie, membre d’un réseau local d’ONG de défense des droits de l’homme, alors qu’une guerre civile a fait quelque 120.000 morts dans le pays entre 1991 et 2002. L’APC a récemment boycotté une conférence sur la cohésion nationale et la paix, ainsi qu’une élection locale, en accusant le pouvoir d’intimidations et de violations des droits de l’homme.

Belga

A propos de guineeline

Guineeline.com site d'information sur l'actualité guinéenne, politique, sportive, économique, société et divers. Guineeline l'information en un clic.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*